• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

L'alcool pendant la grossesse ? C'est non, rappelle Santé Publique France

A l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale, Santé Publique France a rappelé que la tolérance face à l'alcool pendant la grossesse était de zéro.

Le 9 septembre se tenait la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale. Santé Publique France a de nouveau alerté sur la question de l'alcool pendant la grossesse et rappelé que la tolérance était de zéro.

"Oh un petit verre ne te fera pas de mal !", "Juste une coupe de champagne à Noël ?", "Quand j'étais dans le ventre de ma mère, elle buvait une bière de temps en temps"... On a tous entendu ce genre de phrase autour de la grossesse. A ce sujet, Santé Publique France rappelle à l'entourage d'être solidaire du "no alcool" pendant ces neuf mois où le foetus se développe dans le ventre de la mère.

L'ALCOOL EST TOXIQUE POUR LE FOETUS

L'organisme de santé souligne "consommer de l'alcool pendant la grossesse est toxique pour le fœtus et peut entraîner diverses complications (retard de croissance, atteintes du système nerveux central, malformations...), dont le syndrome d'alcoolisation fœtale est la forme la plus grave."

On ne connaît pas la dose, ni le moment critique pour le foetus. On sait simplement que l'alcool traverse le placenta et est absorbé par l'enfant à naître, alors par précaution, il est conseillé de ne pas boire une seule goutte. Pour encourager les futures mères à ne rien consommer, une campagne de publicité radio et télévision est mise en place : "Tous solidaires et supporters du zéro alcool".

Pour rappel, le syndrome d'alcoolisation foetale atteint l'enfant de diverses manières en provoquant des anomalies physiques, mentales et comportementales. Il se manifeste souvent par un faciès particulier et des problèmes de croissance. A cela s'ajoute des lésions cérébrales permanentes.

Source: Top santé

Source Image: Freepik