• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Le télétravail augmente les risques d’addictions

Avec l’apparition de la crise sanitaire, le recours au télétravail a été généralisé par beaucoup d’entreprises, notamment pendant les périodes de confinement. Malgré tout, cette alternative pourrait mettre les salariés en danger…

Si le télétravail était une pratique peu utilisée en France, il tend aujourd’hui à être privilégié. En raison de la pandémie de Coronavirus, les entreprises sont appelées par le gouvernement à favoriser cette option lorsqu’elle est possible. Quand certains salariés ont trouvé un rythme de vie bien plus adapté et une certaine tranquillité avec ce nouveau système, c’est loin d’être le cas de tous. En effet, une étude Odoxa pour GAE Conseil, cabinet spécialisé dans la prévention des pratiques addictives, révèle que cette configuration est un danger car il favorise les comportements addictifs.

Les addictions montent en flèche

Pour cette étude, près de 3000 salariés ont été sondés dont 577 managers et 598 personnes ayant télétravaillé depuis le premier confinement. Parmi ces individus près 83% pensent que le télétravail va être pérennisé et 75% croient que les personnes ayant des addictions vont les voir s’amplifier avec ce nouveau mode de fonctionnement. En effet, cela laisse plus longtemps aux gens à s’occuper et enlève les barrières et contraintes que peuvent avoir le lieu professionnel.

Ainsi, d’après Le Parisien, une précédente étude a confirmé que pendant le premier confinement près de 5,5 millions de Français avait augmenté sa consommation d’alcool, un schéma similaire pour 1 fumeur de cannabis sur 4 ainsi que pour 22% de personnes avec anxiolytiques et somnifères.

Des craintes

Cette tendance à la hausse est énormément redoutée et pourrait bien se confirmer avec ce nouveau confinement. En effet, 75% des sondés pensent qu’ils augmenteront leur consommation de tabac, 66% d’alcool, 55% de cannabis, 52% de médicaments et 51% d'autres drogues.

Cela concerne aussi l’addiction aux écrans puisque 81% des Français craignent une hyperconnexion avec le travail, ce qui résulterait dans l’augmentation du stress (49%) et un épuisement professionnel (46%).

En plus de tout cela, la crainte du développement de la solitude (84%) est aussi mise sur la table.

Une situation jamais vue

"Cette question de l'addiction dans cette configuration inédite est totalement hors des radars. Pourtant, le premier confinement a été épouvantable pour nos patients. 70% d'entre eux ont rechuté. Pour pouvoir les ramener à nous, nous avons dû adapter rapidement notre cadre thérapeutique, proposer des groupes de parole par visioconférence, faire des permanences à rallonge… Si nous sommes mieux préparés, nous restons tout de même très vigilants", a expliqué Alexis Peschard, docteur en addictologie et président de GAE Conseil, à l’initiative de l'étude.

85% des interrogés pensent qu’il faudra qu’ils soient accompagnés par les entreprise en cas de pérennisation du télétravail.

Source: Maxisciences

Source Image: Freepik