• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

A la pleine lune, les hommes dorment moins bien que les femmes

Des scientifiques suédois viennent de découvrir que les hommes seraient plus sensibles que les femmes aux effets de la pleine lune sur leur sommeil.

Plus nous approchons de la pleine lune, plus son rayonnement devient important et nous en ressentons les effets sur le sommeil. Mais une nouvelle étude semble indiquer que les hommes seraient plus enclins que les femmes à être "luno-sensibles" et à souffrir d'insomnie les nuits de pleine lune.

Cette étude, publiée dans la revue Science of the total environment a permis d'enregistrer le sommeil de 852 personnes vivant à Uppsala, en Suède pendant tout un cycle lunaire (soit 29,53 jours). Ils en ont conclu que la durée du sommeil était plus courte les nuits précédant la pleine lune par rapport à la période de décroissance et que les effets du cycle lunaire sur le sommeil humain étaient plus prononcés chez les hommes que chez les femmes.

Comme le souligne Christian Benedict du département de neurosciences de l'Université d'Uppsala et principal auteur de cette étude, depuis une dizaine d'années, plusieurs équipes de chercheurs ont déjà cherché à savoir si le sommeil humain varie au cours du cycle lunaire. Leschercheurs de l’Université de Bâle, en Suisse, ont étudié l’activité du cerveau pendant le sommeil d’un groupe de volontaires.
Et ils se sont aperçus que l’activité cérébrale liée à la phase de sommeil profond diminuait de 30% les nuits de pleine lune. En outre, les volontaires mettaient 5 mn de plus pour s’endormir et dormaient en moyenne 20 mn de moins. Enfin, les chercheurs ont constaté que leur niveau de mélatonine, l’hormone qui régule le sommeil, était également plus bas lors de la pleine lune. Pourtant, aucun de ces volontaires ne savait quel jour tombait la pleine lune dans le calendrier.

Une autre étude, plus récente, menée en Argentine sur des populations n'ayant pas accès à l'électricité, a montré que la quantité totale de sommeil variait tout au long du cycle lunaire de 46 à 58 minutes, en raison d'une heure d'endormissement plus tardive et une durée de sommeil plus courte dans les 3 à 5 jours qui précèdent la nuit du pleine lune.

Source: Top santé

Source Image: Freepik