• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Déodorants et cancers du sein : fuyez les sels d'aluminium

Les sels d'aluminium, qui permettent à nos déodorants d'avoir des propriétés anti-transpirantes, seraient risqués selon une nouvelle étude. Le débat est relancé.

"Aluminium chlorohydrate", "Aluminium chlorydrex", "Aluminium chloride" : ils peuvent porter différents noms, mais il s'agit toujours du même produit problématique, les sels d'aluminium. On les trouve souvent dans les déodorants, car ils permettent à ces derniers d'être anti-transpirants. Mais une récente étude parue dans l'International Journal of Melocular Sciences fait le lien entre cette substance et une hausse des cancers du sein depuis les années 1960.

Les scientifiques Suisses du Centre d'oncologie et d'hématologie d'Hirslanden rappellent le fonctionnement des sels d'aluminium : bloquer les conduits qui évacuent la sueur pour la diminuer.

Problème : les sels d'aluminium sont soupçonnés de passer la barrière cutanée et de potentiellement de favoriser l'apparition de cancers du sein. Si cela n'est pas démontré et ne fait pas l'objet de recommandations des autorités de santé, la question de savoir si les sels d'aluminum sont cancérigènes est posée depuis plusieurs années. En 2011, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait conclu que "sur la base des données actuelles disponibles, l'exposition à l'aluminium par voie cutanée ne peut pas être considérée comme présentant un risque cancérigène".

DES INQUIÉTUDES QUI DURENT DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES

L'étude qui vient d'être publiée souligne que l'aluminium se diffuse sous la forme de fragments qui atterrissent ailleurs que là où ils sont censés agir, au point de mettre le bazar dans l'ADN de nos cellules. Les femmes utilisant ces déodorants seraient ainsi davantage susceptibles de développer un cancer du sein.

L'Agence du médicament avait recommandé il y a quelques années de restreindre la concentration en aluminium à 0,6 % dans les produits anti-transpirants ou déodorants, et de ne pas utiliser ces produits si la peau est lésée.

Par précaution, mieux vaut utiliser les déodorants qui n'agissent que sur l'odeur et non sur la sudation en soi, qui ne contiennent pas cette substance.

Source: Top santé

Source Image: Freepik