• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

De nombreux Suisses souffrent du stress au travail, surtout les jeunes

Un grand nombre de Suisses souffrent de stress au travail selon une enquête de Promotion Santé Suisse. Ce sont surtout les jeunes qui sont concernés.

Tous les deux ans depuis 2014, Promotion Santé Suisse se penche sur le stress au travail ressenti par les Helvètes et sur son impact sur leur santé.

Et le constat est plutôt inquiétant: cette année, la dégradation est significative par rapport aux indicateurs du stress des enquêtes de 2014 et de 2016. Les Suisses sont donc nombreux à souffrir du stress. «En moyenne, les contraintes sur le lieu de travail ont augmenté lentement mais de manière constante au cours des six dernières années, tandis que les ressources y ont diminué. Cette baisse des ressources se remarque surtout dans la globalité des tâches et dans la reconnaissance générale», explique Promotion Santé Suisse.

Ainsi, près d’un tiers des personnes actives se trouvent dans la zone critique, c’est-à-dire qu’elles ont l’impression d’avoir plus de contraintes que de ressources qu’elles pourraient utiliser pour faire face à ces contraintes sur le lieu de travail. Un quart des salariés se trouvent dans la zone favorable et 45,5% sont dans la zone sensible, où ressources et contraintes sont à l’équilibre. «Au fil des ans, la zone favorable n’a cessé de s’amenuiser et la zone critique d’augmenter», précise Promotion Santé Suisse.

Surtout les jeunes

Selon l’étude, plus de la moitié des répondants déclarent se sentir épuisés émotionnellement. Or, il existe un lien fort entre le stress au travail et l’épuisement émotionnel.

Les jeunes personnes actives entre 16 et 24 ans en Suisse constituent, avec 42%, la part la plus importante des personnes actives dans la zone critique par rapport aux autres groupes d’âge. Ce sont ces jeunes qui ressentent le plus une intensification du rythme de travail et des exigences accrues concernant la planification de leur propre carrière.

Selon Promotion Santé Suisse, si l’on pouvait diminuer le stress lié au travail par une gestion systématique de la santé en entreprise par exemple, il serait possible d’exploiter un potentiel économique pouvant atteindre environ 7,6 milliards de francs.

Source: Le nouvelliste

Source Image: Freepik