• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Pour 10% des Français, boire de l'alcool au coucher aide à dormir

Non la consommation d'alcool n'est pas l'alliée des nuits reposantes. Voici un des mythes autour du sommeil qui sont détricotés dans une étude Yougov pour l'application Calm, de méditation et de relaxation.

Boire un verre d'alcool peut-il faciliter le sommeil? A cette question, 10 % des Français répondent à l'affirmative, d'après un sondage Yougov pour Calm, l'application de relaxation, de sommeil et de méditation. En réalité, si la consommation d'alcool peut faciliter l'endormissement, elle favorise les réveils nocturnes et ne saurait être recommandée.

L'étude d'opinion, menée auprès de 1009 Français, s'est penchée sur les autres idées fausses qui circulent autour du sommeil.

Parmi les plus insolites, 6% des sondés pensent que manger du fromage avant de dormir occasionne des cauchemars. Faux ! Au contraire, manger du fromage (avec modération) peut aider à dormir car il contient du tryptophane, un acide aminé qui aide le corps à produire de la sérotonine. Ce neurotransmetteur déclenche la sécrétion de mélatonine et favorise l'endormissement.

Parmi les idées fausses les plus répandues, l'étude aborde l'activité du cerveau pendant le sommeil. 53% des sondés pensent, à tort, que le cerveau est au repos quand le corps est endormi. Là aussi, il s'agit d'un mythe : pendant le sommeil, le cerveau reste actif, se recharge mais contrôle encore de nombreuses fonctions de l'organisme comme la respiration, rappelle la National Sleep Foundation, reprise par l'enquête. C'est pendant les rêves, au cours du sommeil paradoxal, deuxième phase du cycle de sommeil, que l'activité cérébrale est la plus intense.

MANQUE DE SOMMEIL ET GRASSES MATINÉES LE WEEK-END

Autre idée préconçue qui devrait intéresser les adeptes des grasses matinées le week-end : celle selon laquelle il serait possible de rattraper le retard de sommeil accumulé la semaine pendant le week-end. Ce mythe, bien que partagé par 20 % des sondés, est une contre-vérité : les heures de sommeil en moins ne peuvent être récupérées le week-end.
Le manque de sommeil affecte les performances même en dormant davantage en fin de semaine. Une étude de la Harvard Medical School parue dans Current Biology en février 2019 a montré que lorsque l'on dort moins de six heures par nuit, dormir plus le week-end ne permet pas d'inverser les effets de la privation de sommeil comme la baisse du temps de réaction et la faculté de concentration.

Autant de raisons de chouchouter son sommeil en dormant suffisamment chaque nuit.

Etude menée par YouGov pour Calm, du 21 au 26 juin. Un échantillon représentatif de 4337 sondés a été interrogé dans 3 pays : 2070 sondés au Royaume-Uni,1258 sondés aux Etats-Unis et 1009 sondés en France.

Source: Topsante.com