• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

news
(Copyright : Getty Images)

Pourquoi la nature améliore-t-elle le bien-être ?

Selon des recherches américaines, s'exposer à la nature et aux espaces verts permettrait d'élargir notre perception de l'espace. Cela aurait pour conséquence de réduire notre impulsivité, responsable de nombreux maux.

Les bienfaits de la nature ne cessent de nous étonner. Une récente étude révélait que l'exposition espaces verts réduit le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de décès prématurés, de naissances prématurées, de stress et d'hypertension artérielle. Seulement, aucune recherche n'avait pour le moment expliqué les mécanismes sous-jacents au lien entre bien-être et nature. Selon une enquête publiée dans PLOS One, une exposition à la verdure élargirait en fait notre perception de l'espace, ce qui réduirait la prise de décisions impulsives.

Via la plateforme web de crowdsourcing Mechanical Turk d'Amazon, 609 adultes américains ont répondu pour les besoins de l'étude à une enquête en ligne. Il s'est avéré que les personnes qui ont déclaré être proches d'un parc ou d'une réserve naturelle, qui vivaient dans des quartiers les plus verts et passaient le plus de temps à l'extérieur présentaient des niveaux d'impulsivité plus faibles. Des facteurs par ailleurs associés à une amélioration globale de la santé.

Une impulsivité réduite

Les chercheurs ont ensuite étudié 66 étudiants du premier cycle, c'est-à-dire pendant leurs premières années à l'Université. Au hasard, ces participants ont visualisé soit des photographies de paysages naturels, soit de bâtiments, villes et routes. Dans le même temps, ils devaient réaliser ce que les chercheurs appellent une « tâche de réduction du délai ». Il s'agit d'un exercice pour mesurer la tendance à opter pour une récompense petite mais disponible immédiatement, plutôt que de choisir une récompense plus grande disponible plus tardivement.

Les étudiants se sont ainsi vu demandés s'ils préféraient que la qualité de l'air s'améliore de suite pour un nombre réduit de jours, ou que la qualité de l'air s'améliore plus tard mais pour un plus grand nombre de jours. Au final, les étudiants qui ont observé des paysages naturels étaient plus susceptibles de choisir la deuxième option. Ils ont déclaré percevoir l'espace de façon plus élargie, liée à une impulsivité réduite - mesurée par la « tâche de réduction du délai ».

« Ces résultats peuvent avoir des implications importantes pour notre compréhension des effets de l'exposition de la nature sur les résultats pour la santé, concluent les chercheurs dans leur étude, en suggérant qu'avec une exposition accrue à la nature, une prise de décision impulsive (pouvant entraîner du stress, de l'anxiété, une dépression et une réduction du bien-être général) pourrait être réduite. » Des résultats qui donnent aussi une raison supplémentaire d'effecteur son premier « bain de forêt », afin de ralentir et de se recentrer.

Source: Top Santé