• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

La perte d'odorat, un signe précoce de maladie d'Alzheimer ?

Une récente étude confirme qu'il pourrait y avoir un lien entre les changements ou la perte d'odorat et la maladie d'Alzheimer.

On parle beaucoup de la perte d'odorat avec le Covid-19. Mais celle-ci peut aussi être le signe d'autres pathologies, comme Alzheimer, par exemple. Si une étude s'était déjà penchée sur la question en 2011, une récente analyse dévoilée par un chercheur de l'Institut National de la Recherche Scientifique, au Canada, vient confirmer cette hypothèse.

La maladie d'Alzheimer, qui touche actuellement 900 000 personnes en France, ne se soigne pas, mais peut être ralentie si elle est détectée très en amont. Le professeur Charles Ramassamy, de l'INRS a expliqué à Radio Canada que "des études ont confirmé que le dysfonctionnement de l'identification olfactive permettrait de distinguer des personnes cognitivement saines des personnes qui auraient un déficit cognitif modéré ou qui auraient la maladie d'Alzheimer". Une étude chinoise de 2020 avait d'ailleurs observé que des patients présentant un déclin cognitif avéré avaient plus de mal à reconnaître les odeurs.

DÉTECTER EN AMONT DE LA MALADIE POUR PRÉVENIR SON DÉVELOPPEMENT

Ce symptôme de modification et de perte d'odorat pourrait aider à prédire le développement du trouble de la mémoire. Le dysfonctionnement olfactif se situerait dans le cerveau au même niveau que les altérations cognitives de la maladie d'Alzheimer. Le symptôme est plus facile à détecter, et se manifeste bien avant les pertes de mémoire : "Les mécanismes dans le cerveau pourraient commencer 10, 20, 30 ans avant les premiers symptômes. Plus on peut identifier de marqueurs précoces dans le temps, plus on peut allumer une petite lumière rouge qui va nous dire de faire attention et on pourra faire des tests complémentaires pour aller plus loin", a souligné le docteur Ramassamy.

En 2011, le Journal of Neuroscience publiait une recherche expliquant qu'un odorat affaibli pouvait être un signe annonciateur d'Alzheimer. Les conclusions de l'étude sont toujours indiquées sur le site Fisher Center for Alzheimer's research foundation. En 2017, une autre étude, américaine publiée dans la revue Neurology montrait que les participants qui avaient le plus de difficulté à reconnaître les odeurs étaient ceux dont les biomarqueurs de la maladie d'Alzheimer étaient les plus anormaux. "C'est la première fois qu'on réussit à démontrer clairement qu'il existe un lien direct entre la perte de la capacité à reconnaître des odeurs et les biomarqueurs qui témoignent de l'évolution de la maladie", soulignait alors Marie-Elyse Lafaille-Magnan, chercheuse à l'Université McGill et auteure principale de l'étude.

Source: Topsanté

Source Image: Freepik