• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Parkinson: un régime fruits rouges et vin pour ralentir la maladie

Un régime riche en flavonoïdes permettrait de ralentir la progression de la maladie de Parkinson, et aux patients de vivre plus longtemps.

Selon une étude de le Queen's Université de Belfast, en Irlande, les patients atteints de la maladie de Parkinson qui consomment des aliments riches en flavonoïdes comme les baies, le cacao, le thé ou encore le vin rouge, auraient une meilleure espérance de vie que ceux qui n'en mangent pas.

La maladie de Parkinson est la maladie neurologique qui connaît la croissance la plus rapide au monde (plus de 10 millions de personnes en souffrent) et il n'existe actuellement aucun remède. La maladie est causée par le cerveau qui ne produit pas suffisamment de dopamine et entraîne des tremblements, de la raideur et des problèmes d'équilibre.

DE 30 À 40 % DE CHANCES DE SURVIE EN PLUS

Pour cette étude, qui vient d'être publiée dans la revue Neurology, les chercheurs irlandais ont suivi plus de 1200 personnes (599 femmes et 652 hommes ) qui avaient récemment été diagnostiquées comme étant atteintes de la maladie de Parkinson. Ils ont demandé à ces participants à quelle fréquence ils mangeaient certains aliments riches en flavonoïdes, tels que le thé, les pommes, les baies, les oranges, le cacao et le vin rouge, et cela a été évalué à plusieurs reprises tous les 4 ans. "L'apport en flavonoïdes de chaque patient a ensuite été calculé en multipliant la teneur en flavonoïdes de ces aliments par la fréquence à laquelle ils ont été consommés" soulignent les scientifiques.

Ceux-ci ont découvert que les patients qui mangeaient habituellement plus d'aliments riches en flavonoïdes avaient 30 à 40 % de chances de survie en plus que ceux qui en consommaient le moins (en comparant ceux qui en consomment plus de 3 fois par semaine et ceux qui en consomment moins d'une fois par mois). "Par exemple, une consommation régulière plus élevée de fruits rouges et de vin rouge est associée respectivement à une réduction de 26 % et 40 % du risque de mortalité" explique le Professeur Aedín Cassidy, co-auteur de l'étude. "Cela montre à quel point un simple changement alimentaire peut améliorer l'espérance de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson" ajoute-t-il.

Source: Top santé

Source Image: Freepik