• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Parabènes, phtalates, bisphénols... Les enfants y sont encore trop exposés

Selon une étude épidémiologique conduite en France entre 2014 et 2016, la quasi-totalité de la population française est exposée à des substances polluantes au quotidien.

Toute la population française (et surtout les plus jeunes) est exposée aux parabènes, aux phtalates et aux bisphénols dans la vie quotidienne : voici la conclusion (inquiétante) du volet "biosurveillance" de l'étude sanitaire Esteban qui a été révélé ce mardi 7 juillet 2020.

Les chercheurs ont travaillé avec un groupe composé de 500 enfants (âgés de 6 à 17 ans) et de 900 adultes (âgés de 18 à 74 ans). Ceux-ci ont notamment eu droit à des prélèvements d'urine et à des prises de sang entre 2014 et 2016. L'objectif : évaluer l'exposition de la population française à 6 familles de polluants - les bisphénols (A, S et F), les phtalates, les perfluorés, les retardateurs de flamme bromés, les éthers de glycol et les parabènes.

Les résultats ? Ils sont peu rassurants : primo, les chercheurs affirment que 100 % des personnes testées présentaient des taux élevés de bisphénols A, F et S - ces perturbateurs endocriniens peuvent contribuer au développement d'un cancer du sein, d'un diabète, de troubles de la thyroïde, d'une obésité ou encore de troubles de la fertilité.

De plus, des phtalates (il s'agit de perturbateurs endocriniens qui ont un impact négatif sur la fertilité et qui peuvent contribuer à des malformations fœtales pendant la grossesse) ont été repérés dans 80 % des échantillons étudiés. Enfin, l'ensemble des adultes et des enfants avaient été exposés à des éthers de glycol - moins connues, ces substances chimiques atteignent le système nerveux, les reins et le foie.

DES POLLUANTS DANS L'ALIMENTATION, LES COSMÉTIQUES, LA POUSSIÈRE...

Les chercheurs soulignent que les enfants (de 6 à 17 ans) sont plus exposés que le reste de la population à ces polluants, probablement en raison "de contacts cutanés et de type "main bouche" plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures...) [et] d'expositions plus importantes aux poussières domestiques". Plus surprenant : les petites filles étaient plus concernées que les petits garçons.

Dans la vie quotidienne, où se cachent ces polluants ? "Les résultats montrent que l'alimentation n'apparaît pas comme l'unique source d'exposition à ces substances, nous avertissent les chercheurs. L'utilisation de produits cosmétiques et de soins augmente les niveaux d'imprégnation des parabènes et des éthers de glycol et la fréquence d'aération du logement diminue les niveaux d'imprégnation des perfluorés et des retardateurs de flamme bromés. "

"Étant donnée la toxicité de ces substances (...) il est recommandé de maintenir les actions visant à réduire les expositions (...) ou de promouvoir des comportements individuels moins exposants " concluent les scientifiques.

Source: Top santé

Source Image: Freepik