• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Leucémie : symptômes, traitement, définition, de quoi s’agit-il ?

La leucémie est une forme de cancer du sang, qui se caractérise par la prolifération de cellules anormales dans la moelle osseuse. Deux formes principales, aiguë comme chronique, se distinguent : la leucémie lymphoïde et la leucémie myéloïde. Le point sur ces pathologies.

La leucémie est un cancer des cellules sanguines de la moelle osseuse. Il ne faut pas la confondre avec les lymphomes, qui se développent depuis les ganglions.

Des cellules anormales, appelées cellules leucémiques, sont produites en grande quantité et prolifèrent dans la moelle osseuse. Elles se répandent ensuite dans la circulation sanguine et peuvent atteindre des organes vitaux. Cette prolifération perturbe la production de globules blancs "normaux", ce qui affaiblit le système immunitaire. Cela implique également un déficit en globules rouges et en plaquettes.

Plusieurs types de leucémie

On distingue différentes formes de leucémie en fonction des globules blancs affectés et de la rapidité d’évolution de la maladie :
- La leucémie aiguë : son évolution est très rapide. Les cellules anormales ne parviennent pas à maturité et s’accumulent dans la moelle osseuse. Les symptômes apparaissent rapidement et le traitement doit être débuté le plus vite possible.
- La leucémie chronique : les cellules anormales ont le temps d’arriver à maturité. Le processus est donc beaucoup plus long et s’étale sur plusieurs années.
- La leucémie lymphoïde ou lymphoblastique : elle atteint les globules blancs appelés lymphocytes. Les cellules anormales sont appelées lymphoblastes. Selon l’évolution, on différencie la leucémie lymphoïde aiguë (LLA) — plus répandue chez les jeunes enfants — et la leucémie lymphoïde chronique (LLC) — qui affecte principalement les personnes âgées de plus de 60 ans.
- La leucémie myéloïde : les cellules touchées sont les granulocytes, tandis que celles anormales sont les myéloblastes. La leucémie myéloïde aiguë (LMA) — la plus répandue chez les adolescents — connait une évolution rapide, contrairement à la leucémie myéloïde chronique (LMC) — qui touche surtout les personnes âgées entre 25 et 60 ans.

Quels en sont les symptômes ?

Les signes de la leucémie sont différents selon le type. La leucémie aiguë présente des manifestations proches de celles de la grippe (fièvre, frissons, maux de tête). Elles apparaissent de façon brutale. Le déficit en plaquettes rend difficile la coagulation et entraîne des saignements (notamment au niveau des gencives ou du nez), des règles abondantes et des taches de sang sur la peau.

La leucémie lymphoïde chronique s’exprime en premier lieu par une fatigue persistante et une grande faiblesse. En cas de leucémie myéloïde chronique, les principaux symptômes sont une augmentation du volume des ganglions lymphatiques, une infection des voies respiratoires supérieures et une hypertrophie de la rate.

Quels en sont les causes et facteurs ?

Plusieurs facteurs sont soupçonnés d'augmenter les risques de développer la pathologie :
- Des antécédents chimiothérapie ou de radiothérapie pour un précédent cancer ;
- Une exposition chronique à des produits chimiques (benzène notamment) ou à la radioactivité ;
- Une prédisposition ou anomalie génétique, comme par exemple une erreur du chromosome 22 ;
- Certains virus et maladies (syndrome de Down, maladie de Fanconi).

Mais pour la majorité des personnes atteintes, il n'y a aucune façon de déterminer la cause de leur leucémie.

Comment se traite-elle ?

Plusieurs traitements sont disponibles en fonction de l’individu, du type de leucémie contractée ainsi que de l’évolution de la maladie.

En cas de leucémie aiguë, le traitement vise à détruire un maximum de cellules anormales. Une chimiothérapie intensive est souvent employée, associée à une radiothérapie, des transfusions sanguines et si besoin, une greffe de la moelle osseuse.

L’évolution de la leucémie lymphoïde chronique étant lente, une simple surveillance est souvent suffisante au début de la maladie. À un stade plus avancé, la chimiothérapie est souvent nécessaire.

Le traitement de leucémie myéloïde chronique consiste en la prise d’inhibiteurs, comprimés neutralisant la prolifération des cellules leucémiques. Cette prise en charge connait néanmoins des effets secondaires comme de la diarrhée, des nausées, des crampes ou des irritations cutanés.

Source: Maxisciences

Source Image: Freepik