• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Covid-19 : 73 experts appellent à se supplémenter en vitamine D

73 experts appellent à supplémenter en vitamine D la population française dans son ensemble et non uniquement les personnes âgées ou celles qui sont à risque de forme grave de COVID-19.

Un nombre croissant d’études scientifiques montrent que la supplémentation en vitamine D (sans remplacer la vaccination) pourrait contribuer à réduire l’infection par le SARSCoV-2 ainsi que le risque de formes graves de COVID-19, de passages en réanimation et de décès. Face à ce constat, un groupe de 73 experts (en grande majorité des professeurs d’Université de différentes spécialités médicales) et 6 sociétés savantes nationales réunis autour du Pr Cédric Annweiler, chef du service de Gériatrie au CHU d’Angers, et du Pr Jean-Claude Souberbielle, du service des explorations fonctionnelles de l'hôpital Necker-Enfants Malades à Paris, appellent à supplémenter toute la population en vitamine D, et non uniquement les personnes les plus à risque.

Ensemble, ils ont co-signé un article qui vient d'être publié dans la Revue du praticien, dans lequel ils soulignent l’intérêt d’assurer un statut satisfaisant en vitamine D dans la population générale, y compris chez les personnes en bonne santé tous âges confondus, dans le contexte de la COVID-19. "En l’absence de risque majeur lié à la supplémentation à dose adaptée et vu qu’environ la moitié de la population générale française a une hypovitaminose D, tout pousse aujourd’hui à supplémenter en vitamine D tout au long de l’année les personnes à risque c’est-à-dire les personnes de 80 ans et plus, ou malades, ou fragiles, ou dépendantes, ou obèses, ou vivant en EHPAD, et la population générale pendant la période hivernale. L’objectif est que la majorité de la population générale atteigne une concentration de 25(OH)D sérique entre 20 et 60 ng/mL" soulignent les médecins.

2 fois plus de risques d'avoir une forme grave du Covid

Comme l'Anses le rappelait pendant le premier confinement, la vitamine D joue un rôle essentiel dans la qualité du tissu osseux et musculaire ainsi que dans le renforcement de notre système immunitaire. Au printemps dernier, une étude de l'université Northwestern, aux Etats-Unis, venait à son tour rappeler l'importance de cette vitamine, en laissant entendre que les personnes qui présentent une carence en vitamine D ont deux fois plus de risques de développer une forme grave du Covid-19.

L'équipe de chercheurs est partie du principe que la différence dans les taux de mortalité des différents pays touchés par le covid-19 ne pouvait pas uniquement s'expliquer par la répartition des âges dans la population ou la qualité des systèmes de santé. En se penchant sur les données statistiques, ils ont alors noté une corrélation entre le taux de mortalité et une carence en vitamine D. Selon cette étude, la carence en vitamine D serait également à l'origine du fameux "orage de cytokine" dont on a beaucoup entendu parler, cette réaction de défense immunitaire disproportionnée qui va jusqu'à provoquer le décès chez certains patients atteints du coronavirus.

"Nos résultats suggèrent que la vitamine D peut réduire la gravité du COVID-19 en supprimant la tempête de cytokines chez les patients COVID-19. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tenir compte d'autres facteurs grâce à la mesure directe des niveaux de vitamine D" ont déclaré les scientifiques.

Source: Topsanté

Source Image: Freepik