• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Cigarette électronique : le vapotage altère-t-il les facultés mentales ?

D'après une récente étude américaine, les vapoteurs auraient un risque accru de souffrir d'un "brouillard mental", c'est-à-dire de difficultés à se concentrer, de troubles de la mémoire, de capacités d'attention moins importantes...

Selon un Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) publié en 2019 par Santé publique France, 3,8 % des Français vapotent quotidiennement. Si la cigarette électronique a pu être recommandée par certains médecins comme solution pour dire "adieu" au tabac, le vapotage est loin d'être bon pour la santé...

Ainsi, plusieurs études scientifiques sérieuses ont montré que les vapoteurs réguliers avaient un risque accru de développer une infection de la bouche, un infarctus du myocarde ou encore une pneumonie. Pour l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la cigarette électronique est "incontestablement nocive".

Comme les fumeurs, les vapoteurs souffrent d'un "brouillard mental"

Et selon une récente étude de la University of Rochester (aux États-Unis), la cigarette électronique pourrait également altérer les facultés mentales. Les chercheurs ont étudié des données médicales concernant 18 000 étudiants et 886 000 adultes : ces derniers ont répondu à un questionnaire en ligne concernant leurs habitudes vis-à-vis du tabac (cigarette électronique, cigarette...) et leurs fonctions cognitives (mémoire, attention, concentration...).

Résultat ? Les scientifiques (qui ont publié leurs travaux dans les revues spécialisées Tobacco Induced Diseases et Plos One) ont découvert que les adultes qui fument et/ou qui vapotent de façon régulière sont plus susceptibles que les autres de développer des troubles cognitifs – pertes de mémoire, difficultés à se concentrer, difficultés à prendre des décisions... Les chercheurs parlent de "brouillard mental".

Les scientifiques ajoutent que les enfants qui commencent à vapoter très tôt (vers l'âge de 13 ans) auraient un risque encore supplémentaire de développer un "brouillard mental" à l'âge adulte. Ainsi, les experts de la University of Rochester affirment que "le vapotage ne doit pas être considéré comme une alternative saine du tabagisme".

Source: Top santé

Source Image: Freepik