• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Le taux de cholestérol serait un indicateur prédictif des problèmes cardiovasculaires, 20 ans en amont

Avoir du cholestérol présage des problématiques cardiovasculaires. Mais des chercheurs sont parvenus à trouver un moyen plus précis de prédire les risques, sur une plus longue période.

On s'attend rarement à faire un AVC ou un infarctus, ils arrivent, sans prévenir ! Et s'il existait un moyen de prédire nos risques face à ces troubles cardiovasculaires extrêmement dangereux ? Des chercheurs suédois pensent que le taux de cholestérol dans le sang pourrait permettre de prédire ces troubles 20 ans en amont, comme ils l'expliquent dans la revue PLOS Medicine. Explications.

Avant d'en arriver à cette conclusion, ils ont étudié 137 100 personnes entre 25 et 84 ans, grâce à une cohorte suédoise appelée AMORIS. Ils les ont suivi en moyenne sur 17 ans et 8 mois. Dans cette étude, ils se sont intéressés à leurs taux de cholestérol : le bon (lipoprotéines à haute densité) et le mauvais (à basse densité). Ils ont visé plus précisément leurs taux de lipides, que l'on appelle aussi des "transporteurs lipidiques", là encore, ceux liés au bon cholestérol et ceux liés au mauvais.

S'INTÉRESSER AU RATIO DE BONS ET DE MAUVAIS LIPIDES

Jusqu'à présent, quand on cherchait le taux de cholestérol, on s'intéressait surtout au taux de mauvais lipides. Or, en comparant le ratio entre les deux types de lipides, ils se sont aperçus qu'il donnait une indication plus précise face aux risques pour le patient. Plus celui ci est haut, plus on a de risque d'être un jour touché par une pathologie cardiovasculaire. A titre d'exemple, ils estiment qu'avoir un ratio élevé entre les deux types de lipides augmente par 3 fois le risque de crise cardiaque.

Chez ceux qui ont un ratio entre ces deux types de lipides élevé, les chercheurs ont conclut que 70% risquent un trouble cardiaque. Ces observations seraient valables environ 20 ans avant l'événement, écrivent-ils. Cela dit, ils précisent qu'il existe une limite à cette étude, à propos du fait de fumer ou de faire de l'hypertension, des facteurs qui n'ont été mis à jour que dans une plus petite étude de validation.

Source : Long-term risk of a major cardiovascular event by apoB, apoA-1, and the apoB/apoA-1 ratio—Experience from the Swedish AMORIS cohort: A cohort study, PLOS Medicine, 1er décembre 2021.

Source: Top santé

Source Image: Freepik