• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Les animaux de compagnie font du bien à notre cerveau

Promener son chien, caresser son chat sont autant d'activités qui font le bonheur des propriétaires d'animaux de compagnie. Selon une étude présentée lors d'un congrès de neurologie aux États-Unis, nos compagnons à quatre pattes participent aussi à la prévention du déclin cognitif chez les seniors.

Chats et chiens font le bonheur de leur propriétaire au quotidien. Si nos compagnons à quatre pattes améliorent notre bien-être et diminuent notre stress, ils auraient aussi des effets bénéfiques pour les seniors. Une étude préliminaire présentée lors du 74e congrès de l'Académie américaine de neurologie montre que les propriétaires de chien et de chat sont moins exposés au déclin cognitif.

Chiens et chats seraient bénéfiques pour le cerveau des seniors

Les médecins de l'hôpital universitaire du Michigan, aux États-Unis, ont analysé les données de 1.369 retraités affiliés au programme Medicare. En tout, 53 % d'entre eux ont renseigné avoir un animal de compagnie, chien ou chat, dont 32 % depuis plus de 5 ans. Ces retraités, dont la moyenne d'âge est de 65 ans, ont passé plusieurs tests cognitifs durant plusieurs années. En se basant sur les résultats desdits tests, les médecins ont attribué à chacun un « score cognitif » allant de 0 à 27.

Comme cela était prévisible, le score cognitif des participants baisse au fil du temps. Mais les propriétaires d'animaux de compagnie depuis plus de 5 ans ont un score cognitif plus élevé -- d'1,2 point -- que les personnes qui n'en ont pas.

« Comme le stress peut affecter négativement les fonctions cognitives, l'effet anti-stress de la possession d'un animal de compagnie pourrait fournir une raison plausible à nos observations. Un animal de compagnie augmente aussi l'activité physique, ce qui pourrait être bénéfique pour la santé cognitive. Cela étant dit, d'autres recherches sont nécessaires pour confirmer nos résultats et identifier les mécanismes sous-jacents à cette association », conclut Tiffany Bradley, médecin à l'hôpital universitaire du Michigan et première autrice de l'étude, non publiée dans une revue scientifique à ce jour.

Source: Futura Sciences

Source Image: Freepik