• +41 (0) 32 331 22 22
  • +41 (0) 79 681 84 75
  • info@domno-wabo.ch

La santé dépend plus des précautions que des médecins - Jacques Benigne Bossuet

Nager en eau froide protègerait de la maladie d'Alzheimer

Des chercheurs britanniques viennent d'identifier une nouvelle habitude à prendre pour prévenir la maladie d'Alzheimer : nager en eau froide.

À l'heure actuelle, 900 000 Français souffrent de la maladie d'Alzheimer. Cette pathologie neurodégénérative se caractérise par une lente dégénérescence des neurones : on observe des troubles de la mémoire, mais aussi des troubles des fonctions exécutives (la personne "oublie" comment préparer à manger ou utiliser son téléphone...) ou encore des difficultés à se repérer dans le temps et l'espace.

Comment prévenir la maladie d'Alzheimer ? A cette question, les chercheurs de l'Université de Cambridge, en Grande-Bretagne, répondent "nager en eau froide" ! Se baigner dans de l’eau froide permettrait en effet à l'organisme de produire une protéine appelée RBM3. Or, cette protéine a montré des effets protecteurs sur des souris présentant des troubles neurologiques semblables à la maladie d'Alzheimer.

Trois hivers durant, les chercheurs britanniques trois hivers, ont suivi des nageurs qui s’entraînent toute l’année dans une piscine extérieure, où l’eau est particulièrement froide. Ils ont découvert que les nageurs, à l'instar des animaux en hibernation, fabriquaient un grand volume de cette protéine protectrice des neurones.

MOINS D'ALCOOL, PAS DE TABAC, DU SPORT ET DES ACTIVITÉS STIMULANTES

De leurs côtés, les chercheurs du Rush University Medical Center (aux États-Unis) ont travaillé avec un groupe de 3000 volontaires pendant 6 ans pour découvrir que d'autres "bonnes habitudes" pouvaient réduire considérablement le risque de développer la maladie d'Alzheimer. Pratiquer une activité physique et des activités qui stimulent les fonctions cérébrales, adopter une alimentation équilibrée tout en réduisant la consommation d'alcool et de tabac sont des habitudes qui permettraient de réduire considérablement le risque de dégénérescence.

Les résultats de leur étude, publiée par l' American Academy of Neurology sont impressionnants : par rapport aux volontaires qui ne respectaient aucun (ou un seul) de ces 5 critères, les volontaires qui appliquaient 2 ou 3 de ces "bonnes habitudes" au quotidien avaient un risque de développer la maladie d'Alzheimer diminué d'environ 37 %. Et, à condition de respecter 4 ou 5 critères sur la liste, le risque était même diminué de 60 % !

On essaye ?

Source: Top santé

Source Image: Freepik